09/05/2016

Traversée du lac : bouclons la boucle

traversée du lac, mobilité, circulation, transports,trafic, bouchons, IN 157, votations, embouteillages, Aux côtés de la quasi-totalité des partis politiques, les associations économiques genevoises sont mobilisées comme jamais en faveur de la Traversée du lac, qui sera soumise au vote dans un mois (IN 157 – OUI à la Grande Traversée du Lac). L’engagement des entrepreneurs sur le terrain doit être massif car, le 5 juin, le sort d’un des plus grands projets d’infrastructure de Genève sera scellé. La grande Traversée du Lac est capitale pour que la circulation à Genève ne soit plus un cauchemar pour les professionnels. Plus encore, elle améliorera la qualité de vie de l’ensemble des Genevois.

Les entreprises perdent chaque année des milliers d’heures dans les embouteillages au détriment de leur rentabilité, de leurs employés toujours plus stressés et des clients qui voient la facturation des déplacements s’envoler. En complément du prochain élargissement de l’autoroute de contournement, la Traversée du Lac permettra de boucler le périphérique autoroutier et donc de sortir du centre les véhicules qui ne font qu’y transiter. La durée des déplacements entre les deux rives sera fortement réduite ; on gagnera ainsi au moins 30 minutes pour aller d’Hermance à Coppet. Aux heures de pointe, les gains de temps seront encore plus importants.

En termes de circulation, les avantages du bouclement autoroutier sont évidents. Mais l’enjeu du 5 juin va au-delà. En effet, canaliser le trafic sur la ceinture autoroutière libérera de la voirie au centre du canton, ce qui permettra de rendre les transports publics plus rapides, de réaménager de l’espace en faveur de la mobilité douce et de créer de nouveaux espaces publics. L’initiative 157 en fait même une exigence, tout comme elle prévoit que l’Etat s’appuie sur cet ouvrage pour aménager les rives en concertation avec les communes.

Développer l’ensemble des modes de transports est une nécessité vitale pour Genève, car la demande de déplacement continuera à augmenter (+ 22% d’ici à 2030). Nous devons prendre aujourd’hui nos responsabilités pour ne pas laisser à la génération qui nous suivra un canton paralysé par les embouteillages.

05/01/2015

Traversée du lac : l’initiative est déposée

Tlac.png

Quelque 11700 signatures viennent d’être déposées en faveur de la grande traversée du Lac, à l’appui de l’initiative lancée par une coalition regroupant PLR, PDC, Verts libéraux, Parti Pirate, automobiles clubs et associations économiques, dont la Chambre de commerce (CCIG). Voilà une belle victoire d’étape pour un projet qui est un objectif majeur pour Genève. Une alliance vient de se créer pour soutenir la traversée du lac; il s’agira de l’élargir pour assurer une victoire populaire au moment de la votation.

Nous avons la chance de vivre dans un canton qui compte parmi les plus dynamiques de Suisse. Genève, et la métropole lémanique, se développent sur le plan économique et sur le plan démographique. Ce développement, nous devons l’assumer car il est source de bien-être pour le plus grand nombre. Mais nous devons aussi l’accompagner. En l’occurrence, nous devons rattraper le retard que nous avons dans le domaine des infrastructures de transport. Nous avons déjà commencé à rattraper ce retard dans le domaine des transports publics, avec la mise en route d’infrastructures capitales comme le CEVA, Léman 2030 ou l’agrandissement de la gare de Cornavin, tous projets que la CCIG a soutenus. Mais cela ne suffit pas.

La demande de mobilité va en effet continuer à augmenter à Genève. Les projections officielles tablent sur une hausse de 30% d’ici 15 ans. La demande ne pourra pas être intégralement satisfaite par le développement des transports publics. De nouvelles infrastructures routières sont indispensables.

Les problèmes de circulation, notamment pour accéder au centre-ville, reviennent systématiquement sur le tapis lorsque nous rencontrons des entrepreneurs. À Genève, nous avons chaque année, 270 jours de bouchon sur l'autoroute. Cela ne peut plus durer.

La traversée du lac permettra – entre autres avantages - d’évacuer du centre-ville le trafic de transit. L’amélioration sera nette pour les entreprises qui doivent s’y rendre pour travailler.

 C’est pourquoi la CCIG soutient ce projet depuis de nombreuses années. Elle a fait alliance avec les principales organisations économiques genevoises et vaudoises afin de le faire avancer au niveau fédéral, puisque c’est la Confédération qui décidera - ou pas - de le financer dans le cadre de son programme autoroutier.

La concurrence pour obtenir la manne fédérale est âpre entre les cantons et la meilleure chance pour que Genève tire son épingle du jeu est que la population et ses représentants politiques cantonaux et fédéraux appuient l’action que le gouvernement mène en faveur de la traversée du lac.

 

23/11/2013

Circulation à Rive : de qui se moque-t-on ?

Le 8 novembre dernier paraissait dans la Feuille d’avis officielle (p. 5), l’enquête publique relative à la pérennisation du changement de circulation instauré dans le quartier du rond-point de Rive le 10 décembre 2012, au titre de mesure à l’essai. Cette modification avait fait l’objet d’une pétition des commerçants et le rapport du Conseil d’Etat a été déposé le 25 juillet 2013 (P 1852-B). Le Groupement Transports et Economie (GTE), qui réunit les défenseurs d'une politique des transports axée sur les besoins des entreprises, admet que la mesure a eu des effets positifs sur la circulation des véhicules des TPG.

 

 

1104162_pic_970x641.jpg

Le GTE s’oppose cependant à la pérennisation de l’opération. Pour plusieurs raisons. La première de ces raisons est que le Département n’a pas respecté l’engagement qu’il avait pris devant le Grand Conseil lorsqu’il a répondu à la pétition des commerçants. En effet, le rapport 1852-B mentionne qu’un bilan sera effectué en consultant notamment les commerçants, les riverains et les TPG. Or selon les informations en notre possession, seuls les TPG ont été consultés, ce qui est inacceptable. Les bases manquent donc pour pouvoir juger de manière objective la pertinence du nouveau schéma de circulation. 

Le GTE demande également une analyse chiffrée des conséquences de l’opération sur le trafic individuel motorisé. À cette fin, il est nécessaire de rétablir l’ancien schéma de circulation pendant une phase test de 6 mois, exception faite des mesures prises pour améliorer les temps de parcours des trams et des bus, qui présentent un bilan satisfaisant. 

Sur le plan détaillé, le GTE accepte certaines modifications tandis qu’il en rejette d’autres. Nous renvoyons le lecteur intéressé à la réponse que le GTE a faite dans le cadre de l’enquête publique.

Enfin, une fois de plus, le GTE déplore le saucissonnage de la gestion de la circulation au centre-ville. Il existe en effet une vision globale de réaménagement du quartier de Rive autour du futur parking des Clés-de-Rive. Tant que ce parking ne sera pas réalisé, les mesures prises ne feront qu’entraver la circulation et la reporter ailleurs.

11:21 Publié dans Circulation, Genève, Politique genevoise, Stationnement | Tags : rive, commerces, pétition, embouteillages, tpg | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |