Energie

  • Les entreprises engagées pour le climat

    Que l’on croit ou pas au réchauffement climatique et à son caractère anthropique, que l’on croit ou pas les experts du GIEC, que l’on adule Greta Thunberg ou qu’on la méprise, la mise en œuvre de politiques de tarification du carbone s’accélère au niveau international. Les revenus générés par ces politiques sont colossaux, à la mesure des enjeux politiques et économiques. Saluée à l’étranger, la politique climatique suisse sera un des grands thèmes des élections fédérales.

    Lire la suite

  • Cointrin, un développement durable

    cointrin.jpgGenève Aéroport vient de présenter son troisième rapport sur le développement durable. Ce document livre des informations factuelles très riches en enseignements. À la veille de l’adoption par le Conseil fédéral du plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) et de débats parlementaires puis populaires genevois, il vaut la peine de rétablir les faits face aux contre-vérités et affirmations erronées qui circulent de plus en plus.

    La recherche constante d’équilibre entre les impératifs environnementaux, sociaux et économiques est une préoccupation réelle des dirigeants de l’aéroport, qui se traduit par des investissements conséquents. Plus de trente millions ont ainsi été dépensés ces deux dernières années afin d’améliorer l’empreinte environnementale de l’aéroport. Genève Aéroport compense toutes ses propres émissions de CO2 par l’achat de certificats d’émissions reconnus par les plus hautes instances internationales. Un contrat sans précédent a été passé avec SIG afin d’installer plus de 55 000 mètres carrés de panneaux solaires sur les toits et façades de l’infrastructure. En 2025, l’aéroport sera raccordé à Genilac (système de pompage des eaux du lac qui permettra de se fournir en énergies renouvelables) et du coup, il ne recourra plus aux énergies fossiles afin de se chauffer, de s’éclairer et de se refroidir.

    Last but not the least, l’aéroport, grâce au PSIA, réduira son empreinte sonore à l’horizon 2030. Cet accord historique entre le canton et la Confédération devrait être adopté cet automne. Sur le plan économique, l’aéroport est un acteur important, qui accueille près de 11 000 collaborateurs et génère pas moins de 4,1 milliards de plus-value pour la région.

    Le triptyque environnement/économie/social du développement durable est visiblement une réalité vécue et assumée à l’aéroport de Genève. Il faut par conséquent dénoncer l’opération de dénigrement systématique des Verts, pour ne pas les nommer, qui ironisent sans cesse face aux investissements colossaux déployés par Genève Aéroport afin de contenir son empreinte environnementale. Si l’on peut comprendre les riverains que l’infrastructure aéroportuaire gêne, il est détestable de recevoir des leçons de morale de la part de ceux qui se targuent d’être des citoyens « responsables », à la différence de tous les inconscients qui ont l’audace de prendre l’avion pour des besoins autres que professionnels.

  • Nucléaire : Pour une sortie raisonnée et organisée

    La Suisse a décidé en 2011 de sortir du nucléaire. Le Parlement a mis 5 ans pour mettre sur pied la stratégie qui va nous permettre de nous passer des 5 centrales qui fournissent aujourd’hui environ 40% de la production électrique suisse. Il a décidé de ne pas fixer de date précise pour la fermeture des centrales nucléaires, afin que la Suisse ait le temps de sécuriser son approvisionnement en électricité et que les exploitants et la Confédération puissent régler la question financière des investissements et du démantèlement des installations.

    La votation du 27 novembre sur la mal nommée initiative « Sortir du nucléaire » ne porte donc en réalité pas sur la sortie du nucléaire, mais sur l’organisation de cette sortie. Si l’initiative des verts est acceptée, trois centrales suisses seront débranchées en novembre prochain. Trois centrales fermées, ce serait 15% d’électricité produite en moins. Sachant que malgré toute la bonne volonté du monde, il sera impossible de réduire notre consommation de 15% en 12 mois ou d’augmenter suffisamment la production d’électricité renouvelable, il faudra importer du courant produit par des centrales nucléaires françaises ou des centrales à charbon allemandes. Le nucléaire français est-il plus sûr que le nôtre ? Le charbon allemand est-il meilleur pour l’environnement ?

    Plus personne ou presque en Suisse ne remet en question l’abandon du nucléaire, le développement des énergies renouvelables et l’accélération des économies d’énergie. Mais il faut laisser du temps au temps. Les partisans de l’initiative imaginent que dans 12 ans, la Suisse aura pu fermer ses centrales, couvrir ses toits de panneaux photovoltaïques et ses monts d’éoliennes et diminuer sa consommation très fortement. Nous ne partageons pas cet optimisme.

    Une éolienne standard (2 à 3 MW) alimente 1000 à 1700 ménages suisses en électricité et notre pays en dénombre aujourd’hui à peine une trentaine. Suppléer de manière ponctuelle à l’arrêt provisoire d’un ou deux réacteurs nucléaires est une chose, c’en est une autre que de décider de toutes les arrêter en se disant qu’on trouvera bien une solution.

    Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Faisons donc le choix d’une sortie du nucléaire raisonnée et organisée, qui permettra à d’autres moyens de production, renouvelables, d’être mis en place sans devoir dépendre trop de l’étranger. Et préservons par la même occasion la sécurité d’approvisionnement qui est la nôtre, et qui nous semble tellement naturelle que nous n’imaginons même pas ce qui se produirait si nous la perdions.