26/11/2015

Traversée du lac : le dossier avance

La récente étude conduite par le Département des transports au sujet de la traversée du lac n’a pas suscité beaucoup d’échos. Elle est pourtant loin d’être dénuée d’intérêt. Elle permet en effet de poser avec précision les jalons qui permettront au canton de financer et de réaliser le bouclement autoroutier dans le timing prévu par le Conseil d’Etat, à savoir 15 ans. Elle témoigne aussi du sérieux avec lequel nos autorités continuent à monter ce dossier important.

Le Département de Luc Barthassat a confié à deux experts, Me François Bellanger et M. Ansgar Kauf, la mission de clarifier le processus et les étapes nécessaires en vue de la mise en œuvre – éventuelle – d’un péage routier et d’un financement sous forme de partenariat public-privé. Sur cette base, le Canton est maintenant en mesure de dresser une feuille de route précise.

En ce qui concerne le principe du péage, il est désormais avéré qu’une dérogation à la législation fédérale est possible à trois conditions cumulatives portant sur l’importance de l’investissement, le gain de temps et de productivité engendrés par l’infrastructure, ainsi que sur le niveau d’avancement du projet. D’ailleurs, le niveau d’avancement du projet est également essentiel pour évaluer l’intérêt d’un PPP par rapport à un financement entièrement public. L’étude ouvre également plusieurs pistes intéressantes permettant d’étoffer les financeurs publics ou parapublics, notamment du côté de la Banque européenne d’investissement, au titre de la dimension transfrontalière de l’ouvrage.

Quand elle sera réalisée, la traversée du lac changera radicalement la situation du canton en matière de trafic : le centre-ville sera complètement redessiné pour privilégier les activités urbaines et la mobilité douce, les axes routiers seront désengorgés et le développement territorial entre les deux rives sera rééquilibré de manière harmonieuse. En attendant, d’autres études devront être réalisées, qui porteront sur les aspects environnementaux, urbanistiques, économiques, etc. Fin 2017, la question du péage sera réglée ; fin 2019, le choix de réaliser ou non un PPP aura été fait.

Le dossier de la Traversée du lac avance donc bel et bien, ce qui devrait rassurer les partisans qui viendraient à douter que l’ouvrage se fera un jour. Le Conseil d’Etat y croit. Il nous le montre régulièrement. Et nous y croyons aussi.

02/04/2015

Une idée ressortie des cartons

dimanche, voiture, rade, genève, lac, circulation, mobilitéLes Verts ressortent des cartons l’idée des « dimanches sans voiture ».

Au lieu de donner envie à la population de renoncer à utiliser une automobile ou un deux-roues motorisé pour se détendre sur les quais le dimanche, les Verts veulent y interdire la circulation. Ou comment faire le bonheur des gens en restreignant leur liberté de mouvement. 

Avant que la « journée sans voiture » ne meure de sa belle mort pour cause de désintérêt général, le Grand Conseil avait largement débattu du sujet au début des années 2000. Les uns mettaient en avant l’objectif pédagogique de l’interdiction de circuler : « il faut des journées pareilles pour apprendre aux gens, petit à petit, que la voiture est un instrument au service de l’homme et pas l’inverse », déclarait un député socialiste. Les autres dénonçaient la mesure comme « un produit d’appel pour une action plus ambitieuse qui consiste à verrouiller le centre pour empêcher la circulation privée ». Quant au Conseil d’Etat, il relevait que « l’esprit de convivialité recherché ne peut contribuer au bon déroulement de l’événement si les moyens mis en œuvre ont pour résultat de dresser les uns contre les autres, en cherchant à véhiculer un message au demeurant louable par une atteinte à la liberté ou mesure ressentie comme telle ».

 

Les quais font partie du réseau primaire dont la fonction est de permettre le trafic de transit et d’assurer des déplacements fluides entre les différents secteurs du canton. Y interdire la circulation reporterait le trafic à l’intérieur des quartiers, aux Eaux-Vives, aux Pâquis, sur la rue de Lausanne jusqu’à la Coulouvrenière, voire Plainpalais. Les jours de slow-up, de marathon ou de fêtes de Genève, on ne peut pas dire que la circulation est fluide dans ces quartiers. Les habitants de ces derniers auraient-ils moins droit à la quiétude des rues que ceux du quai Gustave-Ador ou du quai Wilson ? Si les Verts avaient voulu proposer une mesure permettant de désencombrer les quais non pas 12 jours par an mais 365, ils auraient soutenu la traversée du lac.

 

Au-delà des questions de circulation, ce genre de proposition est inquiétante car, sous le vernis de la réappropriation de l’espace public par les citoyens, elle témoigne de l’idéologie du repli et de la décroissance dont s’inspirent ce parti, comme d’autres au demeurant. Sous prétexte de qualité de vie des citadins, on veut reconstruire des barrières à coup d’interdictions de circuler, voire de péages pour entrer sur le territoire. Quant à l’impact positif de la mesure sur le tourisme, on se permettra de douter que des milliers de visiteurs affluent pour déguster une saucisse-frites sur les quais battus par la bise les dimanches d’automne, d’hiver ou même de printemps !

Contribution parue dans la Tribune de Genève du 01.04.2015

15:52 Publié dans Circulation, Genève, Mobilité, Politique genevoise | Tags : automobile, dimanche, rade, lac, genève, circulation | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

05/01/2015

Traversée du lac : l’initiative est déposée

Tlac.png

Quelque 11700 signatures viennent d’être déposées en faveur de la grande traversée du Lac, à l’appui de l’initiative lancée par une coalition regroupant PLR, PDC, Verts libéraux, Parti Pirate, automobiles clubs et associations économiques, dont la Chambre de commerce (CCIG). Voilà une belle victoire d’étape pour un projet qui est un objectif majeur pour Genève. Une alliance vient de se créer pour soutenir la traversée du lac; il s’agira de l’élargir pour assurer une victoire populaire au moment de la votation.

Nous avons la chance de vivre dans un canton qui compte parmi les plus dynamiques de Suisse. Genève, et la métropole lémanique, se développent sur le plan économique et sur le plan démographique. Ce développement, nous devons l’assumer car il est source de bien-être pour le plus grand nombre. Mais nous devons aussi l’accompagner. En l’occurrence, nous devons rattraper le retard que nous avons dans le domaine des infrastructures de transport. Nous avons déjà commencé à rattraper ce retard dans le domaine des transports publics, avec la mise en route d’infrastructures capitales comme le CEVA, Léman 2030 ou l’agrandissement de la gare de Cornavin, tous projets que la CCIG a soutenus. Mais cela ne suffit pas.

La demande de mobilité va en effet continuer à augmenter à Genève. Les projections officielles tablent sur une hausse de 30% d’ici 15 ans. La demande ne pourra pas être intégralement satisfaite par le développement des transports publics. De nouvelles infrastructures routières sont indispensables.

Les problèmes de circulation, notamment pour accéder au centre-ville, reviennent systématiquement sur le tapis lorsque nous rencontrons des entrepreneurs. À Genève, nous avons chaque année, 270 jours de bouchon sur l'autoroute. Cela ne peut plus durer.

La traversée du lac permettra – entre autres avantages - d’évacuer du centre-ville le trafic de transit. L’amélioration sera nette pour les entreprises qui doivent s’y rendre pour travailler.

 C’est pourquoi la CCIG soutient ce projet depuis de nombreuses années. Elle a fait alliance avec les principales organisations économiques genevoises et vaudoises afin de le faire avancer au niveau fédéral, puisque c’est la Confédération qui décidera - ou pas - de le financer dans le cadre de son programme autoroutier.

La concurrence pour obtenir la manne fédérale est âpre entre les cantons et la meilleure chance pour que Genève tire son épingle du jeu est que la population et ses représentants politiques cantonaux et fédéraux appuient l’action que le gouvernement mène en faveur de la traversée du lac.