23/02/2017

Le CEVA ralenti mais pas stoppé

geneve-eaux-vives-interieur.jpgAvec CEVA et le Léman Express, Genève est en train de bâtir une infrastructure transfrontalière unique en Europe. Fruit d’une coopération franco-suisse exceptionnelle, le nouveau RER va révolutionner les habitudes de déplacement dans l’agglomération franco-valdo-genevoise. Et heureusement, car à l’horizon 2030, notre région comptera environ 1,12 million d’habitants, ce qui engendrera 4,6 millions de déplacements par jour, soit 800'000 de plus qu’en 2010. Aujourd’hui, l’avancement global du projet a atteint les 74% de sa réalisation. Le chantier a certes pris du retard, mais le projet est bien avancé et il faut garder confiance.

Le bulletin d’information trimestriel du projet CEVA nous apprend que plusieurs oppositions risquent de retarder la mise en service de l’ensemble du tracé CEVA. Les Genevois devront donc encore patienter avant de profiter, non seulement des 16 kilomètres de ligne qui relieront Cornavin à Annemasse, mais d’un réseau beaucoup plus vaste, le Léman Express, un RER qui reliera 45 gares sur 230 km de lignes.

Il est évidemment irritant qu’un projet plébiscité par 61,9% des électeurs prenne du retard à cause de quelques oppositions. Mais rien ne sert de surréagir et il faut rester confiant dans l’issue heureuse des procédures juridiques. Ces dernières oppositions ne sont de toute manière pas une surprise car conformément à la décision d’approbation des plans du projet, délivrée en 2008 par l’Office fédéral des transports, les mesures nécessaires à l’atténuation des vibrations ne pouvaient être définies qu’une fois le gros œuvre achevé, soit en 2016. Espérons simplement que le chantier ne prendra que quelques mois de retard et que les coûts supplémentaires resteront dans la limite du raisonnable. Car l’enjeu est immense pour notre région.

Genève a besoin d’un RER avec un maximum de liaisons traversantes, sans changement de train. Le futur LEMAN Express sera un formidable atout pour la mobilité. Il contribuera à délester les routes d’une circulation automobile aujourd’hui déjà très considérable aux heures de pointe. Près de 50'000 voyageurs devraient emprunter, chaque jour, la quarantaine de trains nécessaires à la desserte de l’ensemble du Léman Express.

Avec le projet de traversée du lac, l’élargissement prochain de l’autoroute de contournement et le Léman Express, Genève bâtit la colonne vertébrale d’un réseau de transport qui lui permettra de répondre aux besoins d’une économie dynamique et d’une population en croissance. Notre canton a pris le parti d’une véritable complémentarité entre la route et le rail, celle que la population appelle de ses vœux, comme en témoignent tous les récents votes populaires en matière de transport. Les oppositions à CEVA ralentiront peut-être cette marche vers l’avenir mais elles ne pourront pas la stopper.

Commentaires

Oui, vive le CEVA! Oui, vive une traversée du lac!

Oui, vive le CEVA, qui constitue une solide amorce d'un Réseau ferroviaire régional efficace.

Oui, vive une traversée du lac, mais intelligente. Intelligente parce que renforçant en outre, du même coup, l'efficacité du Réseau ferroviaire régional, parce que renforçant le système de transports publics.

Une seule question: pourquoi l'Etat refuse-t-il d'envisager une traversée mixte du Lac, ferroviaire et routière?

Écrit par : weibel | 23/02/2017

Le jour où les Genevois recevront une explication recevable et transparente sur le silence incompréhensible qui entoure les projets Weibel, alors recommenceront-ils à donner un peu de crédit à nos institutions et à leurs représentants.
En attendant, les milieux économiques du landerneau, dont vous êtes une éminente représentante, sont complices, car intrinsèquement liés, à l'immobilisme qui place notre ville au 54ème rang mondial des cités les plus engorgées.
Et il ne faudra pas vous étonné que les millions dépensés pour le projets de traversée du lac ne seront que de l'argent (dont nous ne disposons pas) jeté par les fenêtres car la variante du CE ne verra vraisemblablement jamais le jour.
Heureusement que M. Weibel est positif, enthousiaste, détaché et optimiste sur sa capacité à faire passer ses idées sur le long terme.
Ayez un peu de courage pour demander de la transparence. Vous en sortirez grandie et vos rêves les plus ambitieux pourront prendre corps.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2017

Mon propos, dans cet article, est de souligner que les retards actuels du CEVA n’empêcheront pas Genève de se doter du RER qui contribuera à transférer une partie de la circulation de la route au rail. Je ne souhaite pas ici ouvrir un débat sur le projet de M. Weibel (amplement décrit dans son propre blog) ni offrir une tribune à des propos xénophobes. Je ne compte pas sur la compréhension des commentateurs que je ne publierai pas.

Écrit par : Nathalie Hardyn | 24/02/2017

Les commentaires sont fermés.