23/01/2017

FORTA : une alliance de plus en plus large

Le camp des partisans à la création du fonds qui va permettre à la Suisse d’améliorer son réseau de transport pour les routes nationales et les agglomérations se renforce de jour en jour.

De nombreux élus verts et socialistes et non des moindres (Nuria Gorrite, Daniel Brélaz, Didier Berberat, Claude Hêche, Stéphane Rossini, Manuel Tornare, entre autres) ont décidé de le soutenir. L’alliance en faveur d’une paix des transports et d’une vraie complémentarité entre le rail et la route s’élargit et c’est très réjouissant pour le bien de tous les citoyens.

Ce fonds FORTA est indispensable pour réaliser plusieurs projets dans notre région, qu’il s’agisse de l’élargissement de l’autoroute entre Coppet et Nyon, de nouvelles lignes de trams et éventuellement, de la Traversée du Lac que les électeurs ont largement soutenue en votation l’an dernier. C’est la seule solution pour supprimer les bouchons sur les autoroutes et alléger le trafic routier dans les villes. Dans ces conditions, les arguments des rares adversaires, qui nous promettent des déserts de béton et de goudron, sont tellement excessifs qu’ils en deviennent insignifiants.

Commentaires

Oui, mais...
La discussion sur FORTA aurait dû se tenir en parallèle avec le fonds ferroviaire FAIFF afin de faire valablement la part des choses et répartir les ressources disponibles de façon équitable.

On pourrait presque penser que le passage en force du FAIFF sans discussion sur FORTA était destiné à consacrer la grande partie du disponible au rail et après nous le déluge. Or les moyens vont manquer pour atteindre la cible.

Ce qui me semble particulièrement scandaleux dans cette discussion, c'est le fait que le transfert, voulu par les écolos, de la route au rail ou plutôt des transports individuels motorisés aux transports publics, est une aberration économique.
Pour exemple, un billet de train Genève-Berne-Genève coûte 102.- J'ai vite fait mes calculs et j'arrive, tout compris (amortissement et frais directs) à moins de la moitié en voyageant seul dans ma voiture.
C'est donc tout le concept de transports publics qui est mis à mal par une politique aberrante qui est déjà sérieusement contestée par des sociétés comme Flexibus, qui peuvent pratiquer des tarifs jusqu'à dix fois moins cher que les CFF.

Alors FORTA oui, évidemment, mais avec une véritable discussion de fond sur la rentabilité et l'économicité des divers modes de transport.

Car il y fort à parier que FORTA sera le parent pauvre d'une politique incohérente et obscure et ne sera qu'un geste symbolique de bonne foi parfaitement inutile.
On sait déjà que les ressources de la confédération ont fondu comme neige au soleil. Le RIE 3 va encore péjorer sérieusement les ressources et la confédération devra indemniser les cantons. Le budget militaire vient d'être réduit alors que les menaces n'ont jamais été aussi sérieuses.

Bref, j'ai un peu le sentiment que nous brassons de l'air et que les moyens pour remplir le fonds vont sérieusement faire défaut puisque dorénavant la voiture non polluante a pris son essor et que les taxes sur les carburants ne suffiront plus à couvrir les besoins.

Vos quelques lignes, qui n'effleurent pas même ces sujets, m'apparaissent comme des voeux pieux pour un projet mort-né.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/01/2017

Les commentaires sont fermés.