13/01/2017

La guerre des transports : une recette qui garantit l’indigestion

Prenez un projet lié à la mobilité, ajoutez-y un monde associatif en mal de visibilité, une louche de mauvaise foi, mélangez bien, laissez mijoter très longtemps et servez bien chaud afin de s’assurer que tout le monde se brûle les doigts.

Telle est, en substance, la recette de l’aménagement des transports dans notre canton. Une recette ancestrale que certains milieux s’évertuent à inscrire quotidiennement au menu politique.

Or, à force, l’indigestion guette. Plusieurs associations annoncent ainsi avoir déposé un recours contre l’autorisation de construire de la future route des Nations. Motif avancé : l’autorisation de construire ne ferait pas suffisamment place à des mesures en faveur de la mobilité douce et des transports publics.

En matière de transports, on pensait pourtant la hache de guerre enterrée. En juin de cette année, la population genevoise plébiscitait en votation la loi « pour une mobilité cohérente et équilibrée », fruit d’un compromis âprement débattu au Grand Conseil. Cette loi, appelée à définir la manière dont le canton doit gérer les priorités en matière de politique des transports, fait une large place à la mobilité douce et aux transports publics, en particulier en ville. Lors de son adoption, elle a été présentée par ses auteurs comme le compromis qui mettrait un point final à la guerre des transports. Tout le monde ou presque s’y retrouvait et Genève allait pouvoir avancer.

L’encre de la loi est à peine sèche que l’on décide de remettre le couvert. Les recourants mettent en doute la réalisation des projets de transports en commun ? La loi sur le réseau des transports publics stipule pourtant très clairement que la ligne de tram 15 sera prolongée jusqu’au Grand-Saconnex dès que la route des Nations sera construite. Difficile d’être plus clair… En faisant recours contre la construction de la route des Nations, la réalisation de cette ligne de tram est donc potentiellement retardée. Comme quoi, les amis des transports publics ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

Qui plus est, la construction de la route des Nations implique des mesures de suppression du trafic de transit dans les communes adjacentes et en faveur de la mobilité douce. Les habitants de Genève, du Grand-Saconnex et de Pregny-Chambésy seront les premiers à en profiter au quotidien, ce qui est confirmé dans le rapport d’impact environnemental du projet.

Au final, ce recours doit être considéré pour ce qu’il est : un coup de publicité de ses auteurs, sans raison d’être et lancé au détriment de l’ensemble des Genevois. Espérons qu’il sera rejeté comme il se doit et que Genève pourra se prendre à rêver d’une percée positive sur le front de la mobilité cantonale.

Commentaires

Madame Hardyn, je comprends votre frustration et la partage en grande partie.
Cependant, si vous prenez un peu de recul sur le projet que vous mentionnez, il saute aux yeux de n'importe qui sachant lire une carte que la route des Nations est un cul de sac pour la seule et simple raison que les milieux que vous représentez ont fait capoter le projet de traversée de la Rade.
C'est dramatique, mais il vous faudra bien reconnaitre un jour que vous avez scié la branche sur laquelle vous êtes assise et que vous contribuez, peut-être malgré vous, à cette guerre larvée et incessante dans notre canton.
Je me tiens évidemment à votre disposition pour vous apporter mon expertise dans les questions de circulation à Genève. J'ai quelques pistes à vous proposer pour limiter les dégâts.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/01/2017

Excellente analyse de Mme Hardyn sur la situation à Geneve.

Écrit par : Patrice Bezos | 13/01/2017

Les commentaires sont fermés.