07/09/2016

Qui veut voyager loin ménage sa monture

economie verte, economie circulaire,empreinte écologique, environnement, votations, initiative, recyclage,  En 1997, la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) et l’Etat publiaient un «répertoire du savoir-faire environnemental » qui recensait, sur plus de 200 pages, les acteurs genevois publics et privés œuvrant dans le domaine de l’environnement. L’engagement « vert » de la CCIG et de ses entreprises membres ne date donc pas d’hier et il ne s’est pas démenti, suivant en cela l’évolution de la société tout entière. Le concept d’économie verte trouve aujourd’hui de plus en plus d’écho dans les entreprises qui y voient une opportunité, mais aussi potentiellement une menace si la transition verte est trop rapide. Tel est le problème posé par l’initiative dite « économie verte »; elle va trop loin trop vite. C’est pourquoi, la CCIG s’y oppose, à l’instar du Conseil fédéral.

Pour atteindre les objectifs de l’initiative, nous devrions tous diviser notre consommation au moins par trois en l’espace de 30 ans et modifier radicalement notre mode de vie : rationner voire supprimer les produits laitiers, la viande et les denrées alimentaires importées (chocolat, café, bananes, etc.), limiter nos déplacements (aussi pour les vacances), baisser le thermostat et la lumière dans nos logements. Les entreprises seraient naturellement elles aussi soumises à ce régime draconien. L’Etat devrait mettre en place tout un arsenal de taxes et de mesures de prohibition si d’aventure nous étions incapables de supporter pareille frugalité.

Déplacement du problème

Si elle était adoptée, cette initiative ne rendrait pas notre économie plus verte. Au contraire, elle la ferait dépérir, au détriment de chacun d’entre nous et au profit des entreprises et des emplois situés à l’étranger. Le tout sans aucune amélioration de l’environnement de la planète : la production qui ne se ferait plus chez nous se ferait au-delà de nos frontières, tout simplement. Et peut-être dans des pays où les normes sociales et environnementales sont plus laxistes qu’en Suisse, ce qui serait évidemment absurde.

La Suisse, bonne élève

Dans tous les domaines, il est toujours possible de s’améliorer. C’est aussi vrai quand il s’agit de rendre les modes de production et de consommation plus économes en ressources. Cependant, et sans pour autant tomber dans l’autosatisfaction, souvenons-nous que la Suisse est plutôt bonne élève en matière de sauvegarde de l’environnement. Nous sommes le pays européen qui utilise le plus efficacement ses ressources. Nous sommes dans le top 6 des champions de l’OCDE en matière de recyclage. Nous nous classons au premier rang des pays de l’OCDE les moins gourmands en énergie pour produire un franc de richesse. Enfin, nous sommes l’un des pays développés qui émet le moins de CO2 par habitant.

Alors oui : on peut toujours essayer d’aller plus loin plus vite. Mais diviser notre consommation par trois en 30 ans à coup de taxes, de réglementations, voire de normes de prohibition n’est ni réaliste ni supportable, que ce soit pour les entreprises comme pour la population.

Pour voyager loin il faut ménager sa monture. Continuons donc à ménager toujours mieux les ressources de la planète mais ménageons aussi nos entreprises et votons non le 25 septembre.

Commentaires

Comme je le relevais dans mon dernier billet, où j'aurais adoré vous lire, tout le monde se tient par la barbichette et personne n'a envie d'être le premier imbécile à rigoler. Et pendant ce temps...
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2016/09/01/je-te-tiens-tu-me-tiens-278536.html

Écrit par : PIerre Jenni | 08/09/2016

Les commentaires sont fermés.