25/02/2015

Taxe sur l'énergie: trop d’effets pervers

taxe,énergie,votations,tva,initiative,impôtPour diminuer la consommation des énergies non renouvelables, la recette des Verts libéraux consiste à augmenter leur prix de manière massive. Une nouvelle taxe remplacerait la TVA, qui est la principale source de revenu de la Confédération. Apparemment, un impôt en remplacerait donc simplement un autre. En réalité, l’opération serait hautement douloureuse.

La TVA frappe presque tous les biens et services. C’est cette assiette très large qui permet d’avoir un taux d’imposition suffisamment modeste pour être relativement indolore. Le taux de la taxe sur l’énergie devrait être calculé pour rapporter autant que la TVA. Pour atteindre ce montant (22,6 milliards en 2013), la taxe devrait avoisiner 3,3 francs par litre de mazout, 3 francs par litre d’essence et 33 centimes par kilowattheure en 2020. Le mazout coûte actuellement dans les 0,80 Fr. le litre, l’essence environ 1,50 Fr. et le kilowattheure entre 0,19 et 0,20 Fr. Un consommateur qui remplit aujourd’hui sa citerne pour 800 francs devrait dans cinq ans débourser environ 3'800 francs, plus de 240 francs pour un plein d’essence et plus de 2'300 francs pour son électricité. Face à de tels prix, nul doute que la consommation d’énergie diminuerait. La taxe serait même tellement incitative qu’il faudrait sans cesse l’augmenter pour qu’elle continue à rapporter à la Confédération de quoi financer les politiques publiques que sont la formation, les transports publics ou encore la sécurité. La situation serait tout bonnement insupportable.

L’initiative « remplacer la TVA par une taxe sur l’énergie » illustre l’erreur conceptuelle qu’il y a à fixer un double objectif à une taxe, en l’occurrence à la fois inciter à ne plus consommer d’énergies non renouvelables et assurer les moyens de financement de l’action de l’Etat. Comme le rappelait à juste titre le professeur Jean-Daniel Delley dans un récent article (L’impôt n’est pas bon à tout faire, Domaine Public, 15 février 2015), « ces moyens ne peuvent dépendre des comportements supposés des contribuables consommateurs».

La taxe serait aussi une catastrophe pour les entreprises établies en Suisse. Les mesures prévues pour éviter de les pénaliser sont en effet soit inapplicables au regard du droit commercial international, soit hors de prix en termes de coûts administratifs. Les exportateurs ne pourraient pas répercuter le coût de la taxe sur leurs clients étrangers au risque de ne plus être concurrentiels. Avec l’abolition du taux plancher de 1.20 franc pour un euro, les produits suisses sont déjà devenus beaucoup plus chers à l’exportation. Ce n’est vraiment pas le moment d’en rajouter.

Il faut donc refuser cette taxe qui part peut-être d’une bonne intention, mais qui a beaucoup trop d’effets pervers pour la Confédération, les entreprises et les consommateurs.


Commentaires

"Les mesures prévues pour éviter de les pénaliser "

Une vraie usine à gaz.

Vos propos ne sont que de bon sens. Ce sont les prix de tous les biens et services qui incorporent des énergies fossiles qui vont brutalement augmenter et pas seulement l'essence et le mazout. Ainsi les prix agricoles qui ne sont soumis qu'à une tva de 2.5% se verront augmenter d'un multiple de ce taux réduit.

Sans compter tous ceux qui vont purement et simplement empocher les 8% à la place de l'Etat.

De toute façon cette initiative va être balayée par au moins 80% des votants.

Qui peut accepter que le prix du kérosène soit au niveau du marché pour les compagnies aériennes étrangères et soit grevé d'une taxe exorbitante en hausse perpétuelle pour les compagnies helvétiques?

Écrit par : Johann | 25/02/2015

En une fois les verts-libéraux en train de faire des conneries !

Il ne faut les laisser seuls plus de 15 minutes !

Écrit par : Corto | 25/02/2015

Pour les verts-libéraux, l'énergie renouvelable, ce sont des panneaux voltaïques fabriqués en Chine avec des usines électriques fonctionnant au charbon !

Pour la petite histoire, il faut 2 panneaux voltaïques pour en fabriquer 1 !

Ca veut dire qu'il faut deux fois plus d'électricité pour fabriquer un panneau voltaïque que ce qu'il produira !!

Sans parler des batteries qui occasionnent des pertes de 35% !!

Écrit par : Corto | 25/02/2015

Bonsoir

Je suis tombé par hasard - monté dans le train - durant l'émission qui opposait des pro et des contre cette taxe sur l'énergie.

Tant du côté de Mme Adèle Thorens et son partenaire M. Laurent Seydoux j'ai détecté un très très mauvais sens de la communication.

D'une part M. Laurent Seydoux coupait sans cesse la parole à son interlocuteur - je ne me souviens pas du nom de cette personne, M. Parmelin je crois, qui a fait preuve d'une patience et d'un self-contrôle remarquables.

Quand à Mme Adèle Thorens, force est d'admettre que sa façon d'expliquer que les bons" seraient récompensés par la bonne attitude et le bon choix, je me suis demandé "non mais, elle pense réellement ce qu'elle dit ? C'est incroyable !"

J'ai eu la sinistre impression d'avoir du côté des verts libéraux et verts deux - pardonnez le mot - clowns qui grimaçaient et ricanaient, et en face d'eux des interlocuteurs sages, mesurés et posés.

C'est cela qui fait un peu peur : cet extrémisme des verts... On l'a déjà bien vu avec la verte Mme Michèle Kunzler qui s'était tristement illustrée avec des décisions incroyables lorsqu'elle était en place.

Non, franchement, je ne suis pas du tout convaincu par la prestation des deux verts durant cet infra-rouge.

Je ne peux que regretter - mais c'est hors sujet - le bon vieux temps où il était réellement possible de se rendre de Thônex à Cointrin sans s'arrêter.
C'est la seule couleur verte que j'ai réellement appréciée, celle de l'onde verte.

L'onde verte est une technique de régulation de la circulation automobile sur un axe de circulation.

L'axe en question doit comporter plusieurs intersections consécutives, lesquelles doivent être toutes équipées de feux de circulation.

Le principe est le suivant : une voiture qui roule à la vitesse de l'onde ne rencontrera pas de feu rouge une fois la première intersection dépassée. C'est-à-dire que le véhicule sera synchronisé avec le rythme de passage des feux au vert sur toute la partie de l'axe de circulation régulé de cette manière.

Si la vitesse de l'onde est bien inférieure à la vitesse maximale de l'axe considéré, on parle d'onde verte modérante.

L'onde verte est aussi un outil de frustration du contrevenant. Si celui-ci persiste à vouloir rouler à une vitesse supérieure à celle de l'onde, il devra s'arrêter à chaque intersection sur l'axe.

Le drame, avec les verts, c'est qu'ils ont tout simplement détruit l'onde verte pour la rendre frustrante à outrance : ainsi, certains passages depuis le centre-ville en direction de l'aéroport, notamment la rue de la Servette, sont tout simplement si stupidement réglés qu'il n'est pas possible, quelle que soit l'allure du véhicule, de "choper" 3 feux verts à la suite.

Impossible.

Alors à 5 CHF le litre, on va pas s'amuser beaucoup plus, hein.

Ah, les yeux d'Adèle, lorsqu'elle tente de sourire pour convaincre... c'est terrible.

Bon, je remonte sur mon vélo et je vous dis bonne nuit!

Écrit par : Keren Dispa | 25/02/2015

Keren, les nouveaux véhicules peuvent très rouler avec des combustibles végétaux, à 5,00 le litre, il faudrait augmenter le prix du sucre, un kilo de sucre = 1,5 litre d'alcool à 90°, le prix du sucre à Chf, 1,20, faites le calcul, je me lance dans la distillerie demain !!!

Il s'agit d'une mesure inflationniste, les cours des monnaies ne sont plus basées sur la parité or depuis des décennies, elles le sont sur le prix du baril !!

Écrit par : Corto | 26/02/2015

mais oui, corto, le problème c'est que la fabrication de votre alcool, vous ne l'obtenez qu'en distillant votre mixture de sucre, et l'énergie pour chauffer votre machine à bouilleur de cru, faut bien la prendre quelque part!

Les verts veulent taxer tout ce qui est "énergie sale", manque de pot le soleil n'est pas assez puissant sur le plateau lémanique pour faire tourner toutes les distilleries que vous y installeriez, la surface cultivable monopolisée pour faire pousser de la betterave ça va réjouir tout le monde, quant aux éoliennes, si c'est les Energies de Genève qui s'y mettent, votre voiture vous risquez bien de la pousser longtemps à la main, mais comme elles seront tellement légères, ça vous fera perdre un peu de poids!

Quant à la parité or-pétrole ou autre, les verts ne sont pas assez malins pour en comprendre les mécanismes!

Votre projet fonctionnerait probablement en israël car il y a le know-how, le soleil et le vent, ici c'est foutu d'avance!

Écrit par : Keren Dispa | 26/02/2015

La fermentation Keren !

La fermentation !!

Après distillation, très peu d'énergie, surtout avec vacuum Keren !

C'est ce que fait le Brésil depuis 50 ans, et le prix de reviens est de 15 ct. US $ le litre Keren, et il suffit d'une cuve en fer blanc et 4 mètre de tuyau, Keren !

Aussi, il n'y a pas que le sucre qui fermente, tout fermente, même les déchets compostable, le bois mort dans les forêts, tout fermente et se distille !!!!

Écrit par : Corto | 26/02/2015

Environ 70% des paysans français reculés fabriquent leurs carburants maisons depuis des décennies, prix de reviens en France, 30 ct. d'euro le litre ! Enfin pour les paysans, quelques centaines de mètres carrés de terrains en friches !

Écrit par : Corto | 26/02/2015

Les commentaires sont fermés.