19/01/2015

Electricité : évitons l’isolement !

Europe_night.pngDepuis le 1er janvier 2015, l’Union européenne jouit d’un marché de l’électricité globalisé. Le résultat d’un processus entamé depuis une dizaine d’années et dont la Suisse, faute d’accord signé en la matière, ne fera pas partie.

Face à la construction de ce marché européen, la Suisse a perdu de son influence politique et la place centrale qu’elle détenait en Europe en la matière.  Depuis ce 1er janvier 2015, elle est même considérée comme un Etat tiers par l’Union européenne dans ce secteur.

Ce constat, relevé hier lors du 9e Congrès suisse de l’électricité, irrite et inquiète : les conséquences de cet isolement engendreront tôt ou tard des coûts supplémentaires pour les entreprises, privées de cet accès au marché européen.Une note salée qui s’ajoute à celle de la Stratégie énergétique 2050, actuellement débattue à Berne. Le paquet de mesures adopté par le Conseil national en décembre dernier laisse en effet présager une hausse du prix de l’électricité et de nouvelles taxes énergétiques. Le tout, alors que le prix de l’électricité sur les marchés continue de baisser…

La Suisse subit à nouveau les conséquences d’un vote – celui du 9 février 2014 – qui la conduit aujourd’hui dans l’impasse. En l’absence de solution institutionnelle avec l’Union Européenne, aucun nouvel accord ne sera signé. Bruxelles l’a réitéré fermement.

En plein tournant énergétique, la Suisse a pourtant cruellement besoin d’un accord sur l’électricité avec son partenaire européen. Ne serait-ce que pour assurer la sécurité de son approvisionnement. Négocié depuis 2008, le texte est techniquement mûr. Il ne manque que la volonté politique pour signer.

05/01/2015

Traversée du lac : l’initiative est déposée

Tlac.png

Quelque 11700 signatures viennent d’être déposées en faveur de la grande traversée du Lac, à l’appui de l’initiative lancée par une coalition regroupant PLR, PDC, Verts libéraux, Parti Pirate, automobiles clubs et associations économiques, dont la Chambre de commerce (CCIG). Voilà une belle victoire d’étape pour un projet qui est un objectif majeur pour Genève. Une alliance vient de se créer pour soutenir la traversée du lac; il s’agira de l’élargir pour assurer une victoire populaire au moment de la votation.

Nous avons la chance de vivre dans un canton qui compte parmi les plus dynamiques de Suisse. Genève, et la métropole lémanique, se développent sur le plan économique et sur le plan démographique. Ce développement, nous devons l’assumer car il est source de bien-être pour le plus grand nombre. Mais nous devons aussi l’accompagner. En l’occurrence, nous devons rattraper le retard que nous avons dans le domaine des infrastructures de transport. Nous avons déjà commencé à rattraper ce retard dans le domaine des transports publics, avec la mise en route d’infrastructures capitales comme le CEVA, Léman 2030 ou l’agrandissement de la gare de Cornavin, tous projets que la CCIG a soutenus. Mais cela ne suffit pas.

La demande de mobilité va en effet continuer à augmenter à Genève. Les projections officielles tablent sur une hausse de 30% d’ici 15 ans. La demande ne pourra pas être intégralement satisfaite par le développement des transports publics. De nouvelles infrastructures routières sont indispensables.

Les problèmes de circulation, notamment pour accéder au centre-ville, reviennent systématiquement sur le tapis lorsque nous rencontrons des entrepreneurs. À Genève, nous avons chaque année, 270 jours de bouchon sur l'autoroute. Cela ne peut plus durer.

La traversée du lac permettra – entre autres avantages - d’évacuer du centre-ville le trafic de transit. L’amélioration sera nette pour les entreprises qui doivent s’y rendre pour travailler.

 C’est pourquoi la CCIG soutient ce projet depuis de nombreuses années. Elle a fait alliance avec les principales organisations économiques genevoises et vaudoises afin de le faire avancer au niveau fédéral, puisque c’est la Confédération qui décidera - ou pas - de le financer dans le cadre de son programme autoroutier.

La concurrence pour obtenir la manne fédérale est âpre entre les cantons et la meilleure chance pour que Genève tire son épingle du jeu est que la population et ses représentants politiques cantonaux et fédéraux appuient l’action que le gouvernement mène en faveur de la traversée du lac.