05/01/2015

Traversée du lac : l’initiative est déposée

Tlac.png

Quelque 11700 signatures viennent d’être déposées en faveur de la grande traversée du Lac, à l’appui de l’initiative lancée par une coalition regroupant PLR, PDC, Verts libéraux, Parti Pirate, automobiles clubs et associations économiques, dont la Chambre de commerce (CCIG). Voilà une belle victoire d’étape pour un projet qui est un objectif majeur pour Genève. Une alliance vient de se créer pour soutenir la traversée du lac; il s’agira de l’élargir pour assurer une victoire populaire au moment de la votation.

Nous avons la chance de vivre dans un canton qui compte parmi les plus dynamiques de Suisse. Genève, et la métropole lémanique, se développent sur le plan économique et sur le plan démographique. Ce développement, nous devons l’assumer car il est source de bien-être pour le plus grand nombre. Mais nous devons aussi l’accompagner. En l’occurrence, nous devons rattraper le retard que nous avons dans le domaine des infrastructures de transport. Nous avons déjà commencé à rattraper ce retard dans le domaine des transports publics, avec la mise en route d’infrastructures capitales comme le CEVA, Léman 2030 ou l’agrandissement de la gare de Cornavin, tous projets que la CCIG a soutenus. Mais cela ne suffit pas.

La demande de mobilité va en effet continuer à augmenter à Genève. Les projections officielles tablent sur une hausse de 30% d’ici 15 ans. La demande ne pourra pas être intégralement satisfaite par le développement des transports publics. De nouvelles infrastructures routières sont indispensables.

Les problèmes de circulation, notamment pour accéder au centre-ville, reviennent systématiquement sur le tapis lorsque nous rencontrons des entrepreneurs. À Genève, nous avons chaque année, 270 jours de bouchon sur l'autoroute. Cela ne peut plus durer.

La traversée du lac permettra – entre autres avantages - d’évacuer du centre-ville le trafic de transit. L’amélioration sera nette pour les entreprises qui doivent s’y rendre pour travailler.

 C’est pourquoi la CCIG soutient ce projet depuis de nombreuses années. Elle a fait alliance avec les principales organisations économiques genevoises et vaudoises afin de le faire avancer au niveau fédéral, puisque c’est la Confédération qui décidera - ou pas - de le financer dans le cadre de son programme autoroutier.

La concurrence pour obtenir la manne fédérale est âpre entre les cantons et la meilleure chance pour que Genève tire son épingle du jeu est que la population et ses représentants politiques cantonaux et fédéraux appuient l’action que le gouvernement mène en faveur de la traversée du lac.

 

Commentaires

Divers concepts de ponts ou de tunnels, sur des tracés situés plus ou moins loin de la ville, ont été successivement conçus depuis 1896 ....
Donc rien de nouveau...
Quand à mettre la résponsabilité des finances au niveau de la confédération, c'est une solution bien facile pour se laver les mains en cas d'échec : les 2 Bâle ont financés eux-même la H18, la confédération refusant.

Écrit par : Emere | 05/01/2015

Le projet de traversée du lac tel qu'il a été soumis à l'Office fédéral des routes est une route nationale (une autoroute en d'autres termes) et ces routes sont de la compétence de la Confédération, pour leur construction et leur financement. Il n'est donc pas question ici de se défausser sur cette dernière. Cela étant, le canton de Genève pourrait aussi réaliser le projet lui-même en respectant les critères pour en faire une autoroute et la faire reprendre par la suite par la Confédération. Reste la question du financement purement genevois. Une des options serait de combiner un financement cantonal avec un financement en partenariat public-privé. Une possibilité qui mérite d'être étudiée et qui est évoquée dans l'initiative que nous avons déposée.

Écrit par : Nathalie Hardyn | 05/01/2015

Si le but est de diminuer le trafic à Genève la future traversée devrait relier Nyon à Yvoire ! Genève étant pratiquement en faillite il n'y aura personne pour financer ce projet. Mais Vaud, qui a redressé ses finances, devrait pouvoir financer une grande partie des travaux et compagnie de Berne et la France voisine.

Écrit par : Octave Vairgebel | 05/01/2015

@Octave Vairgebel: de Nyon à Yvoire, comme vous y allez! Et pourquoi pas de Lausanne à Evian ;-) Non franchement, pourquoi Vaud ferait-il un tel cadeau à Genève? à moins de relancer l'idée de la fusion des deux Cantons, mais je doute que cela passe outre-Versoix.

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 05/01/2015

... de se défausser...
;-)

Écrit par : Pierre Jenni | 05/01/2015

Merci Pierre.

Écrit par : Nathalie Hardyn | 05/01/2015

Big hug

Écrit par : Pierre Jenni | 05/01/2015

Les commentaires sont fermés.