03/12/2014

Transports publics : « Yakafokon »

 

circulation; GenèveLes Verts ont déposé une initiative qui propose que les transports publics aient la priorité dans la circulation. Objectif : les rendre plus rapides. Comment faire ? Rien de plus simple pour les initiants : « Il suffit que l’Etat développe les sites propres et régule les feux lumineux de sorte à prioriser les trams et le bus ». Bref: «Yakafokon».

Le Groupement Transport et Economie s’oppose à l’initiative « Pour des transports publics plus rapides » car, malgré un titre sympathique et un but louable, son adoption ne permettrait pas d’accélérer les transports publics. Par contre, elle entraînerait à coup sûr une grave détérioration des conditions de circulation des transports privés et professionnels (le texte de notre audition devant la commission des transports peut être consulté sur notre site).

Si nos transports publics ne sont pas suffisamment rapides, ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas prioritaires dans la circulation. D’ailleurs, ils le sont déjà à bien des endroits, par exemple sur les axes tels que Malagnou, Chancy ou Chêne. Si nos transports publics ne sont pas suffisamment rapides, c’est une question de densité : celle du centre urbain, contraignante, celle du réseau TPG, celle des flux de passagers qui est énorme à certains arrêts. C’est aussi à cause de certains choix d’aménagement qui se révèlent aujourd’hui des erreurs : arrêts trop rapprochés, parfois mal aménagés, incohérences sur certains tronçons, comme sur la route des Acacias. C’est aussi parce que Genève n’a pas encore son RER, que le financement des voies de bus est à la charge des communes ; la liste est longue. Les outils permettant d’accroître la vitesse commerciale existent déjà. Potentiel d’amélioration il y a, mais il est largement de nature technologique et humaine.

Le Conseil d’Etat explique que l’initiative est impossible à mettre en œuvre sur le réseau routier et qu’elle est incompatible avec sa stratégie multimodale, qui repose sur un développement de tous les modes de transports, seul capable d’absorber la hausse de la mobilité prévue à l’horizon 2030. Il entend donc proposer au Grand Conseil un contre-projet sous la forme d’un avant-projet de loi sur la mobilité. Une majorité semble se dessiner en faveur de l’étude d’un contre-projet qui devrait être une base de travail intéressante. Verdict le 4 décembre.

Sous son titre accrocheur, le projet des Verts dissimule des risques réels pour la mobilité à Genève. Brandir un sondage d’opinion montrant qu’une majorité de sondés (et non de la population) souhaite une priorité aux transports publics dans tout le canton ne doit pas nous berner. Pour pouvoir voter en connaissance de cause le moment venu, chaque Genevois devra savoir ce qui se passera concrètement en bas de chez lui si l’initiative est acceptée.

 

10:19 Publié dans Circulation, Genève, Mobilité, Politique genevoise | Tags : circulation, genève, in 154, mobilité, tpg | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce qui détonne dans ce dossier, malgré toutes les popotes de gauche, c'est Genève vient de dépenser des milliards dans des installations grandiloquentes pour ensuite réduire le personnel d'exploitation ?

Si le Grand-Conseil part sur des projets de remplacer les transports individuels juste pour gaspiller des milliards entre copains, ne pas s'étonner si ils ne savent pas rentabiliser leur nouveau jouet, et que ce passera t-il après qu'ils inaugurent le CEVA ??

Quant à cette grève, ça pue la bande à neuneu incapable de garder les emplois des travailleurs !

Écrit par : Corto | 03/12/2014

Les commentaires sont fermés.