06/05/2014

P+R en France : la mauvaise foi des adversaires

Trop facile de mettre le doigt sur les problèmes sans apporter une once de solution ! trop facile de mélanger tous les problèmes de Genève (financement des écoles, dette du canton, etc.) pour justifier de refuser que le canton co-finance, à hauteur de 3,19 millions de francs la constructionde 5 parkings d'échangeen France voisine. En réalité, il faut que les électeurs acceptent ce projet soumis au vote le 18 mai, car il s’agit d’un projet utile, surtout pour nous les Genevois.

Le projet s’inscrit dans le cadre du projet d’agglomération 2e génération, qui prévoit une enveloppe de 240 millions destinés au financement de projets transfrontaliers. Afin d’assurer une légitimité politique à ces derniers, Genève a décidé de faire accepter chaque proposition par le Grand Conseil. Dans le cas présent, tous les partis ont approuvé le projet, à l’exception du MCG, référendaire. L’UDC l’a ensuite rejoint dans le camp des opposants.

Si Genève a décidé de participer à ce projet, c’est parce qu’il aura un impact direct et conséquent sur le canton. En effet, les parcs-relais prévus seront situés à proximité immédiate de la frontière et d’axes routiers structurants. Destinés à accueillir un millier de voitures, ils déchargeront d’autant les routes du canton, puisque ce sont autant de véhicules qui ne viendront plus grossir les embouteillages.

L’intérêt de Genève ne s’arrête à la question de la circulation, il est également financier. Les terrains sont rares et chers dans notre canton et la construction de parkings se heurte quasiment toujours à des oppositions coûteuses et chronophages.

Par ailleurs, construire des parkings sur notre territoire est nettement plus onéreux : une place dans un parking souterrain coûte au moins 50'000 francs à Genève !

Autre avantage du projet soumis au vote, le canton n’aura pas à assumer les frais de fonctionnement annuels des nouveaux parkings.

Moins de 3,2 millions pour des infrastructures qui permettront de soulager les routes genevoises est à l’évidence une opération gagnante pour les Genevois.

 

 

 

11:49 Publié dans Circulation, Genève, Politique genevoise, Stationnement | Tags : p+r, frontaliers, votation cantonale | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Mais alors pourquoi les P+R existant sont toujours vide ?

Écrit par : yann amarre | 06/05/2014

avez-vous une fois seulement vérifié en France l'emplacement et connections -existantes ou possibles- ainsi que noté les coûts supplémentaires pour les usagers français pour toutes leurs connections train+bus+parking en France+ TPG en Suisse?,

concernant ces parkings à l'usage de travailleurs "frontaliers" de Rhône-Alpe,
dont vous voulez qu'ils soient payés par les contribuables résidents GE et la Suisse?

Vieux Je suis, suisse né à Genève aussi. Depuis longtemps je constate que les venants de France gardent leur véhicule individuel jusqu'à leur lieu d'emploi, se garent sur parkings de propriétaires privés genevois pour ne pas payer plus, et nous avons tous vu que les trains utilisant la ligne ferroviaire française reliant la gare des Eaux-Vives, étaient exploités à perte.

On avait donc des trains reliant la gare d'Annemasse à Eaux-Vive à 99% INNOCCUPES.

ET Vous vous attendez à ce que les P+R payés par les suisses,
bien que situés loin de la gare d'Annemasse, HORS ZONE d'accès direct et obligeant le surcoût d'achats de bus (payés par les suisses, exploités RATP, donc profitant à ce conglomérat?), et d'abonnement par les usagers,

soient mieux EXPLOITES?
Faut arrêter de prendre les suisses pour des benêts belges, et les belges pour des benêts suisses.

Écrit par : pierre à feu | 09/05/2014

Il est exclu de donner 3 millions à la 5ème puissance économique mondiale. Si la France veut des P+R qu'elle les paye ! Je vous rappelle que, si nous acceptons ces 3 millions, le but final est de donner 300 millions à nos voisins. Le Grand Genève est une débilité qui fait mousser nos politicards bidons et qui n'existera jamais. De plus, il est intéressant d'apprendre que le parking du terminal du CEVA à Ville-la-Grand est déjà plein de caravanes de gens du voyage sous les yeux bienveillants de la police ! C'est, certainement, ce qui attend les possibles ou improbables futurs 5 P+R !!

Écrit par : Gedeon Teusmany | 12/05/2014

Merci pour cet exposé clair des enjeux de cette votation.

Certains prétendent que l’on fait ici un cadeau à la France et que si la France veut des parkings elle n’a qu’à se les payer. Mais il est bien là l’enjeu : la France ne veut pas de parkings. La France s’en fiche complètement que les routes genevoises soient engorgées ! Ce n’est pas son problème ! C’est le nôtre ! Est-ce que les Genevois en ont quelque chose à faire de l’engorgement des routes à Saint-Pourçain-sur-Sioule (oui oui, ça existe, c’est en Auvergne) ? Non, parce que ce n’est pas chez nous et ce n’est pas notre problème… Ici, c’est bel et bien Genève qui veut des parkings et Genève qui en a besoin.

Or, va-t-on les construire en Suisse ? Non, pour deux raisons : premièrement ils coûteront beaucoup plus cher ; deuxièmement, Genève étant Genève, il y aura au moins 25 ans de procédures, oppositions, pétitions, référendums, blocages, manifestations, « coups de gueule citoyens », études complémentaires, etc. avant même que l’on puisse poser la première brique du premier parking…

Et n’oublions pas que pour construire ces parkings il faudrait probablement de nouveau déclasser des terrains agricoles. Je le vois déjà le slogan du MCG : « ne sacrifions pas nos paysans pour les voitures des frontaliers ». Et bien justement ! Construisons ces parkings de l’autre côté de la frontière ! Mais pour raisonner comme ça, il faudrait que le MCG soit un parti cohérent… C’est pas gagné…

Enfin, ce sont bel et bien les collectivités françaises qui financeront la majorité des coûts de construction, à hauteur de 53% (pour ceux qui ne me croient pas, allez voir dans la loi http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11115.pdf ). Et il faut arrêter de dire que Genève est pillé par les frontaliers… C’est Genève qui les taxe, pas la France, même si on lui reverse une petite partie de ces impôts. L’opération est largement positive pour nous. Arrêtons de pleurer pour rien !

Résumons : On peut s’offrir des parkings :

- moins chers que si on les construisait en Suisse,
- sans déclasser des terrains agricoles
- dont la France paie la majeure partie des coûts
- qui soulageront nos routes (et nos poumons qui en ont marre de respirer du diesel…)

Et on hésite ?!?! Y’a qu’à Genève où on voit ça…

Écrit par : Jean Poche | 14/05/2014

Innocupés les P+R ? Faut sortir un peu de chez vous... ceux à Moillesulaz et Sous-Moulins sont pleins à craquer (tiens, c'est à côté de la frontière...), Sécheron et Etoile aussi d'ailleurs. IL FAUT PLUS DE PLACES !!!

Écrit par : Génie Al | 14/05/2014

Dépenser inutilement notre argent alors que nous avons tellement besoin pour rénover nos écoles qui vont bientôt s'écrouler , nos immeubles qui deviennent de plus en plus vétustes. C'est scandaleux. Vont ils construire 70 mille places de parking ? On va dépenser autant d'argent et la circulation ne s'améliorera pas, car ils seront toujours là avec leurs voitures, ils adorent ça.
Si l'initiative sur les P+R passe. Il faudra absolument faire en sorte que cet investissement et tout les millions qui partiront ensuite chez nos voisins par la soit suivie par un organisme de contrôle. Tout véhicule avec des plaques françaises qui continueront a circuler sur Genève devront donner des explications. On nous dira encore une fois "on ne veut pas d'état flic", ou encore on va nous jeter a la figure la "xénophobie et le racisme". a la longue ces argument deviennent fatigants. A chaque fois que nous voulons corriger certains choses pour le bien de notre ville et notre population on nous sort la même chose, CA SUFFIT !
Permettez nous, messieurs les frontalier et ses alliés, de nous occuper de nos affaires internes.

Écrit par : Manco | 14/05/2014

Les commentaires sont fermés.