25/09/2013

Libre circulation: entre slogans et contre-vérités

En ces temps de campagne électorale, le thème de l’immigration revient sur le devant de la scène. Canton frontalier, qui accuse le taux de chômage le plus élevé de Suisse, Genève figure aux avant-postes de ces débats, au cours desquels la question est principalement abordée sous l’angle de l’impact que la libre circulation des personnes avec l’Union européenne a sur le marché du travail.

Et ce débat est sain. En effet, si les accords bilatéraux avec l’Union européenne profitent à la Suisse de manière générale, des défis demeurent auxquels il faut s’attaquer. En première ligne de ces défis figurent l’application efficace des mesures d’accompagnement à la libre circulation et le respect des normes suisses en matière de droit du travail et de pratique salariale.

Malheureusement, de nombreuses contre-vérités circulent aujourd’hui sur la place publique, souvent colportées par des partis et des organisations qui ont intérêt à effrayer la population. Pour cette raison, il est indispensable de rétablir la réalité des faits. En effet, pour que des réponses efficaces soient apportées aux défis de la libre circulation, il faut tout d’abord savoir poser les bonnes questions et choisir les bons combats à mener.

Les arguments de l’économie sont connus. Sans main-d’œuvre étrangère, qu’elle soit immigrée ou frontalière, de nombreux secteurs et entreprises ne pourraient pas se développer. Le taux de chômage en Suisse, actuellement de 3%, correspond en effet quasiment à une situation de plein emploi. Le triste record genevois ne résulte pas de la libre circulation, car Genève connaissait déjà le taux de chômage le plus élevé de Suisse avant l’entrée en vigueur de l’accord entre la Suisse et l’Union européenne (UE). Pourtant, une partie de la population continue à croire que la libre circulation engendre pressions sur les salaires ou ostracisme des travailleurs résidants au profit des travailleurs immigrés ou frontaliers. Si ces craintes se révèlent majoritairement infondées, elles n’en appellent pas moins des réponses circonstanciées allant au-delà du simple constat de pénurie de main-d’œuvre indigène.

Il n’est pas question de nier que la libre circulation a amené son lot de défis à relever. Cependant, la Suisse a su adopter des mesures d’accompagnement efficaces, qui ont été continuellement renforcées depuis leur entrée en vigueur. Ces mesures et les contrôles effectués par les organes tripartites regroupant représentants syndicaux, patronaux et étatiques, sont le garant que la libre circulation des personnes ne se traduise pas par une détérioration des conditions de travail qui prévalent dans le pays.

Lire mon article.

24/09/2013

Apprentissage : quand les vedettes sont dans les gradins

Apprentissage_2013.jpgL’ARENA s’apprête à fermer ses portes sur la Fête 2013 de l’apprentissage, un moment essentiel pour les 2250 jeunes (un record !) qui ont reçu ce soir leur certificat fédéral de capacité (CFC) ou leur attestation fédérale de formation professionnelle (AFP). Une fois n’est pas coutume, les vedettes, ce furent ces jeunes et leurs familles, et non les personnes présentes sur la scène pour remettre les prix dits spéciaux. Comme chaque année, au nom de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève,j’ai remis un prix à un candidat « particulièrement méritant qui, en dépit de circonstances particulièrement difficiles, a fait preuve de volonté et de ténacité pour mener à bien son apprentissage ». Cette année, ce fut une candidate. Comme chaque année, l’émotion fut au rendez-vous, face à une salle comble qui résonnait de la joie de ceux qui, diplôme en poche, débutent leur vie professionnelle avec un enthousiasme contagieux.

L’apprentissage est un vrai passeport pour la réussite et il est réjouissant que le nombre de jeunes attirés par la formation professionnelle progresse à Genève. Ainsi, à la rentrée 2012, le seuil des 2000 contrats d’apprentissage atteint en 2010 a été largement dépassé : les entreprises genevoises ont proposé 2361 places d’apprentissage dans 138 professions différentes et 2159 contrats ont été signés. La même année, 1948 CFC et AFP ont été délivrés dans 141 professions, soit 24 de plus qu’en 2011.

Si les jeunes célébrés ce soir sont les futurs travailleurs ou chefs d’entreprise qui feront de Genève une place économique dynamique et créatrice d’emplois, n’oublions pas que trop nombreux sont ceux qui quittent encore l’école en situation d’échec : un millier de moins de 25 ans sont ainsi inscrits au chômage, dont environ 680 n’ont pas de formation. C’est pour ces jeunes que l’Office cantonal de l’emploi et l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue viennent de créer Cap Formations, dont le but est de les aider à obtenir une qualification professionnelle en leur proposant des mesures adéquates de soutien. Personne ne doit rester sur le bord du chemin, et surtout pas notre jeunesse, qui est – comme l’a relevé un des intervenants ce soir - notre présent et notre avenir.

 

23:05 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/09/2013

La démocratie prise en otage

Un des sujets de votation du 22 septembre concerne les magasins des stations-service. « Non à la journée de 24h » et « stop au travail sans fin » sont les deux slogans ressassés par les tenants du NON. Pourquoi pas. Seulement, ce n’est pas le sujet du vote. Deux explications sont donc à envisager pour expliquer ce décalage.

La première, qui devrait d’emblée être écartée tant elle paraît farfelue, est que les auteurs de ces messages ont des problèmes de compréhension de texte. Cela expliquerait leur incapacité à assimiler qu’un OUI n’entraînera pas une minute de travail supplémentaire pour quiconque mais qu’elle permettra en réalité aux magasins de stations-service de ne plus devoir baisser le rideau sur une partie de leurs rayons entre 1h et 5h du matin.

La seconde, beaucoup plus problématique pour la démocratie directe, est que cet amalgame fallacieux est délibéré. Les opposants chercheraient par conséquent sciemment à tromper la population en jouant sur une corde sensible, sans aucun rapport avec l’objet du vote, mais potentiellement plus porteuse pour eux. Ils utiliseraient la votation du 22 septembre pour préparer le terrain en vue de futurs combats, qu’ils ne procéderaient pas autrement.

La démocratie directe ne peut fonctionner que si la population dispose d’une information honnête – qui peut être partisane – pour que chacun se forge une opinion éclairée. La dérive constatée lors de cette campagne est regrettable et inquiétante. La fin ne doit pas justifier l’usage de tous les moyens et prendre la démocratie en otage est inacceptable. La réponse qui s’impose est de glisser un OUI dans l’urne comme le recommandent le Conseil fédéral et le Parlement.

12:57 Publié dans Economie, Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |