18/09/2013

La démocratie prise en otage

Un des sujets de votation du 22 septembre concerne les magasins des stations-service. « Non à la journée de 24h » et « stop au travail sans fin » sont les deux slogans ressassés par les tenants du NON. Pourquoi pas. Seulement, ce n’est pas le sujet du vote. Deux explications sont donc à envisager pour expliquer ce décalage.

La première, qui devrait d’emblée être écartée tant elle paraît farfelue, est que les auteurs de ces messages ont des problèmes de compréhension de texte. Cela expliquerait leur incapacité à assimiler qu’un OUI n’entraînera pas une minute de travail supplémentaire pour quiconque mais qu’elle permettra en réalité aux magasins de stations-service de ne plus devoir baisser le rideau sur une partie de leurs rayons entre 1h et 5h du matin.

La seconde, beaucoup plus problématique pour la démocratie directe, est que cet amalgame fallacieux est délibéré. Les opposants chercheraient par conséquent sciemment à tromper la population en jouant sur une corde sensible, sans aucun rapport avec l’objet du vote, mais potentiellement plus porteuse pour eux. Ils utiliseraient la votation du 22 septembre pour préparer le terrain en vue de futurs combats, qu’ils ne procéderaient pas autrement.

La démocratie directe ne peut fonctionner que si la population dispose d’une information honnête – qui peut être partisane – pour que chacun se forge une opinion éclairée. La dérive constatée lors de cette campagne est regrettable et inquiétante. La fin ne doit pas justifier l’usage de tous les moyens et prendre la démocratie en otage est inacceptable. La réponse qui s’impose est de glisser un OUI dans l’urne comme le recommandent le Conseil fédéral et le Parlement.

12:57 Publié dans Economie, Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La démocratie directe ne peut fonctionner que si la population dispose d’une information honnête – qui peut être partisane – pour que chacun se forge une opinion éclairée. La dérive constatée lors de cette campagne est regrettable et inquiétante. La fin ne doit pas justifier l’usage de tous les moyens et prendre la démocratie en otage est inacceptable. La réponse qui s’impose est de glisser un OUI dans l’urne comme le recommandent le Conseil fédéral et le Parlement."

Cela, Chère Madame, c'est la version idéaliste de la démocratie ! Et si la gauche met tant d'énergie à combattre ce texte, apparemment anodin, c'est qu'elle y voit une technique de saucissonnage qui ne vise, à terme, qu'à permettre l'ouverture des commerces n'importe quand.

Or il se trouve que je ne suis pas favorable à ce développement pernicieux de notre société qui vise à nous faire croire que l'économie peut tout se permettre.

Comme Suisse de l'étranger, j'ai (déjà) refusé, par mon bulletin, de franchir le pas.

Cela dit, je suppose que l'étranger a parfois de la peine à comprendre que notre système politique puisse faire voter tout un peuple pour savoir si quelques stations-service devront - oui ou non - cacher une partie de leurs marchandises entre 1 heure et 5 heures du matin.

Écrit par : Michel Sommer | 18/09/2013

Les commentaires sont fermés.