12/09/2013

Naissance à la Corraterie

Brachard.jpgPar essence, l’entrepreneur crée et innove sans cesse. Deux entreprises genevoises viennent d’en apporter une nouvelle preuve : Caran d’Ache ouvrait ce 12 septembre un « corner » chez Brachard & Cie. Magnifique illustration de dynamisme et de créativité que la manufacture de haute écriture, fondée en 1915, et la plus célèbre papeterie de Genève, née en 1839, offre désormais à la population genevoise.

Chacune dans son domaine, ces deux entreprises témoignent que le commerce et l’industrie sont encore bien vivants à Genève, grâce au talent de leurs dirigeants. Notre canton n’est pas qu’un centre de la finance et la diversité du tissu économique est précieuse, qu’il s’agisse d’entreprises tournées vers la clientèle locale, comme Brachard & Cie, ou vers l’exportation, comme Caran d’Ache.

Le commerce genevois lutte depuis des années avec acharnement pour sauvegarder son attractivité pour la clientèle locale, en dépit de l’attrait exercé par les commerces français aidés par la faiblesse de l’euro, des horaires adaptés aux besoins des clients et de leur facilité d’accès. Qui, en France, oserait imaginer que les commerces soient fermés le 31 décembre par exemple ou qu’un centre-ville piéton soit dépourvu de parkings proches ? A Genève, non seulement, on ose l’imaginer, mais c’est hélas la triste réalité.

L’industrie aussi doit se battre pour continuer à survivre chez nous au lieu de s’expatrier sous des cieux où les charges soient moins élevées et les contraintes administratives et fiscales moins lourdes.

L’un des plus gros chantiers politiques de la prochaine législature concernera la fiscalité. Il s’agira de réformer l’imposition des entreprises et d’instaurer un taux cantonal unique et modéré. Neuchâtel a déjà fait le pas. Il faudra aussi préserver et développer les possibilités d’allégements fiscaux (strictement conditionnés) qui sont des instruments utiles pour créer des emplois et enfin supprimer progressivement la taxe professionnelle communale.

Les entreprises n’ont pas besoin d’être protégées. Elles ont simplement besoin de conditions-cadres qui leur permettent de prospérer, pas pour enrichir leurs actionnaires, mais pour maintenir et créer des emplois ici.

 

23:07 Publié dans Economie, Genève | Tags : brachard, caran d'ache, centre-ville, emploi, fiscalité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.